Mon nom est Grifil et mon dessinateur a honteusement copié les dessins « fil de fer » de son fils pour me créer.
C'est peut-être pour cela que j'observe bien souvent le Monde avec un regard d'enfant.

MON ALBUM

Voici toutes mes photos pour envoyer à tous ceux que tu aimes ! Il y en a même pour ceux que tu n'aimes pas...

MON MOTEUR

Grâce à mon copain Olivier et à son moteur « GRIFIL.NET », spécialisé dans la bande dessinée, tu vas pouvoir faire des tas de recherches !

POUR M'ECRIRE

Laisse ton message dans la rubrique "commentaires", en bas des articles, pour en faire profiter tout le monde ou écris-moi à : grifil(at)grifil.com en remplaçant le (at) par @

LES COPAINS

Ici tu trouveras mes sites et mes blogs préférés, dans tous les domaines (sauf la Connerie !).

Fil d'actu : feed xml

Messages précédents

 
Du pain béni pour les "fous de Dieu"
Pousse-toi, je double !
Enfin de la couleur !
Les gagnants du mois !
Le Barbare en costard !
EH BIEN, IL Y A DU BOULOT !...
J'ai fait un rêve...
Vive le 4x4...UTILE !
Au feu ! Au fou !...au secours !
Merci qui ?

Archives

 
novembre 2005
décembre 2005
janvier 2006
février 2006
mars 2006
avril 2006
mai 2006
juin 2006
juillet 2006
août 2006
septembre 2006
novembre 2006
décembre 2006
janvier 2007
février 2007
mars 2007
février 2008
mars 2008
avril 2008
mai 2008
juin 2008
août 2008
septembre 2008
novembre 2008
décembre 2008
janvier 2009
février 2009
août 2009
septembre 2009
novembre 2009
octobre 2010
novembre 2010
décembre 2010
janvier 2011
décembre 2011
octobre 2012
février 2013
janvier 2015
novembre 2015
décembre 2015
janvier 2016
février 2016
mars 2016
mai 2016

 
Powered by Blogger


Les rires d'enfants, les beaux ciels, le chocolat, les farces, les gens qui aiment la neige, la pluie sur les vitres, les câlins, les papillons, le chocolat, les mamies gentilles, l'odeur du pain chaud, le sourire d'un inconnu, le chocolat, les bénévoles, la chandeleur, ses amis, le poil à gratter, les éclairs d'orage, son amour, le chocolat, les rebelles, les arbres...

La Connerie !

06 février 2006 


JE HAIS LES CINTRES !!
 
Je sais, je sais, je ne devrais pas m' emporter pour cela... Mais, après la Bêtise, la Certitude, l'Égoïsme, l'Arrogance, le Paris-Dakar, Deubeuliou Bush, la Jet Set, les 4X4 chromisés et les intégristes de tous poils, La chose qui ménerve le plus c'est Le Cintre !
Voilà ! Je l'ai dis !...et ça soulage...

Et vous ?


 

11 Commentaires:

Complètement cintré ce Grifil !

O vertige de la penderie béante sur l'alignement militaire des pelures incertaines aux senteurs naphtalines...

Je hais les cintres.
Le cintre agresse l'homme. Par pure cruauté.
Le cintre est le seul objet qui agresse l'homme par pure cruauté.
Le cintre est un loup pour l'homme.
Il y a des objets qui agressent l'homme parce que c'est leur raison d'être.
Prenez la porte. (Non. Ne partez pas. C'est une façon de parler.)
Prenez la porte. Une porte. Il arrive que l'homme prenne la porte dans la gueule. Bon.
Mais il n'y a pas là la moindre manifestation de haine de la part de la porte à l'encontre de l'homme.
L'homme prend la porte dans la gueule parce qu'il faut qu'une porte soit ouverte, ou bleue.
Le cintre, lui, est foncièrement méchant.
Personnellement, l'idée d'avoir à l'affronter m'est odieuse.
Il arrive cependant que la confrontation homme-cintre soit inévitable.
Quelquefois, plus particulièrement aux temps froids, l'envie de porter un pantalon se fait irrésistible.
L'homme prend alors son courage et la double porte du placard à deux mains.
Il est seul. Il est nu. Il est grand.
Son maintien est digne, face au combat qu'il sait maintenant inéluctable.
Son buste est droit. Ses jambes, légèrement arquées. Ses pieds nus arc-boutés au sol.
Comme un pompier face au feu, il est beau dans sa peur.
Les portes du placard s'écartent dans un souffle. Les cintres sont là, accrochés à leur tringle dans la pénombre hostile.
On dirait un rang de vampires agrippés à la branche morte d'un chêne noir dans l'attente silencieuse du poulain égaré au tendre flanc duquel ils ventouseront leur groin immonde pour aboucher son sang clair en lentes succions gargouillées et glaireuses, jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Cependant, l'attitude de l'homme n'est pas menaçante.
Simplement, il veut son pantalon. Le gris, avec des pinces devant et le petit revers.
L'oeil averti de l'homme a repéré le pantalon gris.
Il est prisonnier du troisième cintre en partant de la gauche.
C'est un cintre particulièrement dangereux. Sournois.
Oh. Il ne paie pas de mine.
En bois rose, les épaules tombantes, il ferait plutôt pitié.
Mais regardez bien son crochet. C'est une poigne de fer. Elle ne lâchera pas sa proie.
L'homme bande. Surtout ses muscles.
Il avance d'un demi-pas feutré, pour ne pas éveiller l'attention de l'ennemi.
C'est le moment décisif.
De la réussite de l'assaut qui va suivre dépendra l'issue du combat.
Avec une agilité surprenante pour un homme de sa corpulence, l'homme bondit en avant.
Sa main gauche, vive comme l'éclair, repousse le cintre pendu à gauche du cintre rose, tandis que sa main droite se referme impitoyablement sur ce dernier.
La riposte du cintre est foudroyante.
Au lieu d'accentuer sa pression sur la tringle, il s'en échappe brutalement, entraînant dans sa chute le pantalon, le gris, avec les pinces devant et le petit revers, celui-là même que l'homme veut ce matin parce que, ..., parce que bon.
A terre, le cintre rose est blessé.
Rien n'est plus dangereux qu'un cintre blessé.
Dans son inoubliable "J'irai cracher sur vos cintres", Ernest Hemingway n'évite-t-il pas d'aborder le sujet ? Un silence qui en dit long, non ?
L'homme, à présent, est à genoux dans le placard.
De sa gorge puissante monte le long cri de guerre de l'homme des penderies.
"Putain de bordel de merde de cintre à la con, 'chier."
Le cintre rose a senti le désarroi de l'homme. Il va l'achever.
Il s'accroche dans le bois d'un autre cintre tombé qui s'accroche à son tour dans la poignée d'une valise.
Il fait noir. La nuit, tous les pantalons sont gris.
L'homme, vaincu, n'oppose plus la moindre résistance.
Le nez dans les pantoufles, il sanglote, dans la position du prieur d'Allah, la moitié antérieure de son corps nu prisonnière du placard, l'autre offerte au regard de la femme de ménage espagnole.
Il souffre. Quelques gouttes de sueur perlent à sa paupière.
Il n'est qu'humilité, désespoir et dégoût.
Quelques couilles de plomb pendent à son derrière.
Il a soif, il a froid, il n'a plus de courroux.
"Donne-lui tout de même un slip", dit mon père.

P. Desproges

Bravo Gatien !... je me sens moins seul ! Saleté de cintre !

Geant Gatien! Personnellement, c'est l'aspirateur. C'est comme ca, j'y peux rien. Y fait que se coincer partout quand me prend l'idee saugrenue de faire un brin de menage (tiens, ca va bientot faire un an - il est temps de s'y remettre!).
Trop adorable le Grifil!

LT7

ccvvggbgbfg

bon Grifil

je découvre votre blog

du régal! les jours de brouillards, les jours de cafard, les jours soleil aussi, je viendrai faire un plein de vitamines

amicalement
sabine

rooo ouais vraiment ça me rapelle les trombones...jte soutiens Grifil tu vas t'en sortir!!

Courage T7 et Clémentine ! L'aspi et le trombone font effectivement partie du même gang !
Merci Sabine pour ce gentil message qui me donne vraiment l'envie de continuer...pour ta ration de vitamines !
Quant à Pacou, il avait pas les yeux en face des trous ce jour là...

bonjour, je découvre ton blog grace au studio2hb qui a mis un lien vers.
J'adore!
Quand aux cintres, c'est vrai que c une longue histoire d'amour avec eux!as tu remarqué que qand tu veux en prendre un, les autres suivent?? je ne comprends pas pourquoi ils restent en communauté comme çà! pas moyen d'en avoir un!!nan,nan!t'en a toujours un ki s'acroche!et puis, je ne te parle pas de leur méchanceté!!un jour, t'en a un qui m'a carrément troué une robe (la petite noire, de marylin, si,si!! celle que toutes les femmes se doivent d'avoir!)eh bien là, je me suis énervée, je l'ai jeté de rage et hop!! faut pas m'énerver!( la petite robe)
bon, je pourrais en raconter plein d'autres comme çà, mais je ne voudrais pas leur donner trop d'importance, on ne sait jamais!

merci LIL !...Je ne suis vraiment pas le seul à subir la méchanceté des cintres et maintenant que nous sommes plusieurs, les cintres n'ont plus qu'à bien s'tenir !...non mais !

je voulais aussi citer Desproges, mais je vois que ca a déja été très bien fait ;)

Poster un nouveau commentaire


 
<< Accueil